Transition

Avec la fin de la crise postélectorale, la Côte d’Ivoire entre graduellement dans une période de stabilisation sociopolitique.  Les développements politiques et sécuritaires pour la période 2011-2012 et le redéploiement des autorités préfectorales dans l’Ouest ont favorisé le retour de centaines de milliers de personnes qui avaient fui leurs domiciles pendant les violences. Afin de répondre aux besoins immédiats de la population dans cette nouvelle phase, et de poursuivre les efforts du développement durable, le Gouvernement de la Côte d’Ivoire a adopté un Programme Présidentiel d’Urgence et le Programme National de Développement (PND 2012-2015). Le PND est aujourd’hui le cadre de référence dans lequel s’inscrivent toutes les actions du Gouvernement au profit des populations. Les priorités humanitaires y ont été intégrées notamment grâce à l’apport coordonné du Système des Nations Unies (SNU) et de ses partenaires ONGs lors de sa formulation. Un autre programme du Gouvernement, le Projet d’Assistance Post-Conflit, se focalise sur la réintégration économique et la réhabilitation communautaire pour les personnes affectées par le conflit postélectoral.

Pour être en phase avec ces priorités, le SNU a actualisé le Plan Cadre des Nations Unies pour le Développement (UNDAF) pour la période 2012-2015, afin de l’aligner sur le PND. Dans ce contexte,  le processus de transition de l’appui humanitaire et du maintien de la paix vers les interventions de consolidation et de développement a été entamé en 2012 et se poursuivra en 2013. Cette transition comprend également le transfert des compétences de coordination sectorielle des différents clusters établis au lendemain de la crise.

La décision de l’équipe humanitaire pays (HCT), sous la présidence du Coordonnateur Humanitaire, de ne pas avoir recours à la Procédure d’appel global (CAP) et au Plan d’action humanitaire commun afférent pour la Côte d’Ivoire en 2013 marque la réalité de cette transition. Cette décision est fondée sur plusieurs facteurs : (i) la relative amélioration de la situation humanitaire liée à la crise postélectorale à la suite des nombreux retours et au niveau d’assistance livré par les humanitaires, (ii) la nature transitionnelle des activités humanitaires prévues en 2013, et (iii) l’absence d’évaluations des besoins par secteur d’intervention.

Les partenaires humanitaires ont toutefois élaboré une analyse sectorielle des besoins pour identifier et cibler les besoins résiduels, déterminer les zones prioritaires et définir les priorités stratégiques des interventions qui seront maintenues au-delà de 2012. Ce document analytique, intitulé Côte d’Ivoire 2013 : Besoins Humanitaires en phase de transition, établit les deux priorités stratégiques suivantes:

1. Soutenir les solutions durables afin d’assurer le retour volontaire et la réinsertion socioéconomique dans un environnement sécurisé.

2. Assurer la réponse aux situations d’urgence à travers des activités qui sauvent les vies :

  • Des interventions ponctuelles et ciblées en réponse aux vulnérabilités identifiées ;
     
  • La mise en œuvre du plan de contingence inter-agences ;
     
  • Un plaidoyer renforcé pour des interventions menées par le Gouvernement dans les zones vulnérables.