Mali: Une approche pratique de la résilience

Août 2013, Cinzana, Mali – Agée de 63 ans, Mariama Dembele a pu acheter du bétail et des outils agricoles grâce à l'appui du Programme Alimentaire Mondial et à sa coopérative agricole locale. «Maintenant, je peux planifier mes dépenses», dit-elle. «Nous mettons de côté le stock pour la consommation familiale et vendons le surplus. Cela me rapporte de l’argent et me permet même d’en économiser." Crédit : OCHA
Comment une communauté dans le centre-sud du Mali est passée de bénéficiaires de l’aide alimentaire à dispensateurs d’aide alimentaire en un peu plus de quatre ans. [Français - Anglais]

Dans un passé récent, en 2009, la ville de Cinzana était apparemment au bord de l’insécurité alimentaire. Les communautés étaient très vulnérables aux aléas climatiques et les efforts agricoles étaient désorganisés et incohérents, avec des agriculteurs qui peinaient à produire assez de nourriture pour leurs besoins quotidiens.

Cependant, un projet du Programme Alimentaire Mondiale (PAM) a contribué à faire passer les habitants de Cinzana du statut de bénéficiaire de l’aide alimentaire à celui de dispensateur d’aide alimentaire. Le projet, volet du programme du PAM, Purchase for Progress (achat pour le Progrès), vise à s’attaquer aux causes profondes de l’insécurité alimentaire et à aider les communautés à briser les cycles de pauvreté et de catastrophes.

Les travailleurs humanitaires ont fourni aux agriculteurs une assistance technique et des instructions qui leur ont permis de mieux comprendre le climat auquel ils sont confrontés, et ils leur ont donné des conseils concrets sur la manière de s'y adapter. Le programme a également créé un marché pour les produits agricoles dans la ville, avec le PAM qui achète ses stocks d’urgence mondiaux directement auprès des producteurs locaux et des coopératives agricoles.

Une résilience organisée

Dr. Soaïbou Touré est le président de la coopérative agricole locale.

«Nous suivons régulièrement les informations météo. Cela nous permet de savoir quoi semer et à quelle date. Nous adaptons nos variétés de semences en fonction des prévisions », a-t-il dit.

« De plus, c’est une fierté pour nous d’apprendre que nos produits servent à assister des populations vulnérables ailleurs ».

Le PAM a aidé les agriculteurs de Cinzana à créer et à gérer leurs coopératives. Avant le démarrage du programme, les habitants de Cinzana dépendaient souvent de l'aide alimentaire. Mais en 2009, les sept coopératives de la ville ont produit un surplus céréalier de 150 tonnes - suffisamment pour en vendre sur le marché mondial. En 2012, un total de 18 coopératives avait été formé, avec le surplus annuel s’amplifiant à 400 tonnes.

« L’un des acquis du programme est l'organisation des producteurs. Ils parviennent à planifier les ventes sans tomber dans l’insécurité alimentaire », a déclaré Youssouf Coulibaly, responsable de l'agriculture à Cinzana.

Un changement visible

«  Dans le village, le changement est visible », a poursuivi M. Coulibaly. «Les enfants vont à l’école, la communauté a changé et c’est le producteur qui fixe désormais le prix de vente et non marchand ».

Mariama Dembele, une veuve de 63 ans du village de Sanogola dans la périphérie de Cinzana acquiesce. «L'achat de nos produits par le PAM à travers l'union des coopératives a changé beaucoup de choses dans ma vie», dit-elle. «Grâce à ce système, j’ai pu acheter une charrette, un âne, des moutons et de la volaille que j’élève ici à la maison ... mon dernier garçon de 23 ans était parti, mais lorsque l'économie s'est stabilisée ici, il est rentré au village. "

Auparavant, a poursuivi Mme Dembele, elle aurait vendu ses graines de façon quotidienne.

« Lorsque j’avais un besoin, je vendais une quantité qui puisse le couvrir ou j’empruntais de l’argent aux plus nantis. Mais maintenant j’arrive à planifier mes dépenses. Nous mettons le stock familial de côté et nous vendons le surplus en une transaction. Ceci me rapporte du cash et me permet même d’économiser de l’argent ».

OCHA, en collaboration avec les partenaires humanitaires comme le PAM, travaille à renforcer la résilience des communautés à travers le Sahel. Au Mali plus de 3,5 millions de personnes sont touchées par l’insécurité alimentaire dont plus de 1,4 million ont besoin d’une assistance alimentaire immédiate. Le programme du PAM à Cinzana est un exemple d’initiatives visant à renforcer de manière durable la résilience, qui peuvent être adaptées à d’autres contextes pour permettre aux populations de sortir de leurs cycles de vulnérabilité.

Lire le titre en Anglais >>

トップストーリー