Structure de la Coordination

Le Bureau de OCHA au Niger appuie le Coordonnateur Humanitaire, également Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies,  afin de garantir une bonne gestion de l’aide humanitaire. Son rôle est de soutenir et de faciliter le travail des institutions des Nations Unies, des Organisations Non Gouvernementales (ONG) et du Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant Rouge dans la préparation à l’urgence et la fourniture de l’aide humanitaire.

Le Bureau OCHA au Niger travaille également en étroite collaboration avec le gouvernement en l’appuyant dans son rôle de chef de file de l’assistance humanitaire.

La Coordination Humanitaire

La Coordination de l’action humanitaire au Niger a connu des ajustements en fonction de l’évolution du contexte, depuis la grande crise de 2005, mais reste basée sur « l’approche cluster». En effet, des groupes de travail sectoriels à l’introduction, en  2007,  de l’approche Clusters la coordination humanitaire est aujourd’hui objet d’une attention particulière qui, au demeurant, se justifie par la complexité d’une de diverses situations de crises qui devrait continuer de  retenir l’attention tant ces facettes sont multiples,  multiformes et imprévisibles.

Dans un tel contexte, il est primordial de tenir compte de la nécessité d’une coopération étroite et efficace entre les mécanismes de coordination de l’action humanitaire et ceux mis en place dans le cadre de la coordination des actions mises en œuvre et qui vivent la satisfaction des besoins fondamentaux de base des populations sur le moyen et long terme. Le défi qui se pose en terme de coordination est de parvenir à s’adapter au contexte dans le cadre d’un partenariat actif tout en préservant les principes humanitaires qui fondent l’action humanitaire.

L’Equipe Humanitaire du Pays (EHP/HCT)

L’Equipe Humanitaire du Pays (EHP) est placée sous l’autorité du Coordonnateur humanitaire.  Elle est constituée des Représentants des Agences chefs de File des Clusters, des représentants des agences humanitaires y compris le PNUD, des représentants des ONG internationales  au nombre de quatre personnes (ACF, Concern, Oxfam, Acted,) et des  représentants des partenaires financiers au nombre de trois personnes.( ECHO, DGUE, France).  Le CICR et les mouvements MSF y sont représentés à titre d’observateurs. Le HCT est l’organe central de coordination et d’orientation stratégique de l’action humanitaire au Niger.  Il est responsable entre autres, (1) d’approuver et de valider toutes les stratégies relatives à l’action humanitaire au Niger. Ceci implique l’élaboration d’objectifs et de priorités communs, le développement de plans stratégiques, l’activation, la fusion ou la désactivation des clusters et la désignation de leurs chefs de file, l’activation des mécanismes de mobilisation de ressources ; (2) d’adopter des règles et des actions communes pour régir l’action et la réponse humanitaires au Niger ; (3) de promouvoir et de favoriser l’adhésion des acteurs humanitaires intervenants au Niger aux Principes humanitaires, aux Principes de Partenariat, aux règles régissant le Comité Permanent Interorganisations (Inter Agency Standing Committee, IASC) et de faire appliquer les orientations, décisions stratégiques et politiques adoptées par les membres de l’EHP, (4) d’assurer le plaidoyer humanitaire et (5) d’appuyer les actions du gouvernement sur le terrain en renforçant ses capacité opérationnelles.

L’Inter Cluster national

L’inter cluster national représente le niveau technique du système de coordination. Cette réunion propose des interventions et exécute les décisions de l’Equipe Humanitaire du Pays au niveau national.

En outre, l’inter cluster vise la coordination entre clusters en vue d’une orientation multisectorielle des interventions sur le terrain et en recherchant constamment la complémentarité afin d’éviter les duplications et les chevauchements. C’est par ce mécanisme qu’un travail initial se fait pour  l’élaboration des stratégies pour le CHAP/CAP, pour l’identification des besoins , des gaps non couverts, pour la recherche des financements, pour le suivi et l’évaluation de la réponse humanitaire et pour le monitoring et le renforcement de la coordination humanitaire. Il veille également à éviter les lacunes dans la coordination humanitaire.

L’Equipe Humanitaire du Pays (EHP/HCT) délègue aux à l’inter Cluster national et aux clusters nationaux la mise en œuvre des activités et la définition des stratégies opérationnelles, multisectorielles ou sectorielles. Ces stratégies  peuvent lui être soumises pour validation.

L’inter cluster national

  • Rapporte à l’Equipe Humanitaire du pays.
  • Réponds aux préoccupations des sous clusters régionaux pour des questions opérationnelles.
  • Les réunions de l’inter cluster se tiennent une fois par mois avant les réunions du HCT et après les réunions de coordination générale organisées sur le terrain.
     

Les Clusters

Les clusters constituent les fondations du système de coordination au Niger. Il existe actuellement sept clusters opérationnels au Niger:

  1. Protection
  2. Nutrition
  3. Relèvement précoce
  4. éducation d’urgence
  5. Santé
  6. Sécurité alimentaire
  7. Eau, hygiène et assainissement
  8. Groupe de travail sur les abris d’urgences et bien non alimentaires
  9. Groupe sur les problématiques des réfugiés

Les clusters sont présents au niveau national et sur le terrain sous la forme de Sous clusters ou de cellules sectorielles suivant les cas et en fonction des besoins de coordination sectorielle entre les acteurs. Les clusters sont responsables de la coordination de l’activité et de la réponse humanitaire dans le secteur d’intervention concerné, mais aussi de la collecte des données,  la gestion de l’information et  l’identification des gaps, des besoins et des priorités à combler.

La création de sous Clusters sur le terrain ne devrait pas obéir à un schéma automatique. La mise en place de Sous Clusters doit tenir compte du nombre d’acteurs et du volume de l’action humanitaire nécessitant une coordination sectorielle. Dans le cas contraire, les clusters nationaux assureront le suivi en rapport avec des commissions sectorielles locales.

Là où les agences chefs de file ne sont pas présentes, des organisations non gouvernementales jouent le rôle de points focaux. Autant que faire se peut, les activités devraient être en adéquation avec celles prévues dans le CAP/CHAP.

Les clusters / Sous clusters:

  • Rapportent concomitamment au Cluster national pour les clusters régionaux, aux sous clusters pour les cellules sectorielles et à l’Equipe Humanitaire du Pays (HCT) pour les Clusters nationaux.
  • Un Sous cluster donné ou un cluster national peut saisir l’Equipe Humanitaire du Pays (HCT) sur des questions et /ou préoccupations spécifiques ou qui auraient des répercussions au niveau multisectoriel. (Cette saisine se fait par l’intermédiaire d’ OCHA)

Sur le terrain les structures de coordination sont suggérées en fonction des besoins et comprennent, entre autres: (1) les réunions de coordination générale (2) les sous clusters ou commissions sectorielles (3) les cadres de concertation avec les autorités.