Profils régionaux

Tillabéry

Située dans l’extrême ouest du Niger et arrosée par le fleuve Niger, la région de Tillabéry couvre une superficie de 91 199 km2. Elle est limitée au nord par le Mali, à l’ouest et au sud-ouest par le Burkina Faso, au sud par le Benin, au sud-est par la région de Dosso et au nord-est par celle de Tahoua. La région compte 13 départements et 45 communes. Elle est surtout vulnérable aux sécheresses, aux inondations sporadiques, aux épidémies et subit les contrecoups de la crise malienne avec l’arrivée des réfugiés et des retournés Nigériens qui affaiblissent son économie déjà fragile. Des problèmes d’infrastructures agricoles et routières entravent de manière considérable les productions et enclavent certains départements très vulnérables en les isolants des zones d’échanges. La désertification accélérée par les phénomènes d’érosion hydrique et éolienne, et l’attaque des ennemis de culture affectent considérablement la sécurité alimentaire.
Cliquez ici pour lire le profil complet

Niamey

Niamey est la capitale du Niger. Elle est située sur le fleuve Niger dans l'extrême ouest du pays  avec 1 302 910 habitants sur 240 km2,   en 2011. Depuis le 14 septembre 2004, la ville de Niamey est érigée en REGION DE NIAMEY. La Région  de Niamey est subdivisée en cinq arrondissements communaux : les arrondissements, I, II, III, et IV se trouvent tous sur la rive gauche du fleuve tandis que l’arrondissement  V se trouve sur la rive droite. Les fléaux tels que l’insécurité alimentaire, la malnutrition, les épidémies, les inondations et les incendies constituent la préoccupation majeure des populations. Les inondations de 2010, 2012 et 2013 ont détruit des dizaines d’hectares de champs de riz constituant la majeure partie de la production agricole de la région et du coup fragilisant la sécurité alimentaire. Des incendies répétitifs au niveau des écoles, des services publics et surtout des marchés ont affectés l’économie de la région. Une population flottante constituée de mendiants vient grossir celle de Niamey suite à l’insécurité alimentaire des populations de  l’intérieur du pays et des éventuels déplacés pour des raisons de sécurité et autres. Cette population pèse sur la sécurité alimentaire des familles hôtes.
Cliquez ici pour lire le profil complet

Tahoua

La région de Tahoua au Niger couvre une superficie de 113 317 km². Elle est limitée au nord par la région d'Agadez, au nord-ouest par la République du Mali, à l'ouest par les régions de Tillaberi et Dosso, à l'est par la région de Maradi, et au sud par la République fédérale du Nigeria. La région de Tahoua est au carrefour de quatre pays (Mali, Algérie et Libye, Nigeria), au niveau desquels la situation sécuritaire laisse à désirer (Aqmi et Boko Haram), rendant précaire la sécurité au niveau de certains des 12 départements de la région. Sécheresses, inondations, attaques des ennemis des cultures, arrivée de réfugiés et retournés (conséquence de la crise chez les voisins), accentuent la vulnérabilité de la région qui même en année normale connait d’énormes difficultés à subvenir à ses besoins.  La survenue d’épidémies d’une année à l’autre (choléra, rougeole, méningite, paludisme), affectent de façon significative la santé des populations que la malnutrition, modérée comme sévère viennent accentuer, augmentant leur vulnérabilité. A l’enclavement des certaines zones de la région affectant le gain des populations tournées dans une large proportion vers la pratique du maraichage comme principale source de revenus des ménages, s’ajoutent le manque à gagner dû à l’impossibilité de pratiquer l’exode (du fait de la crise dans les pays hôtes : Libye, Côte d’Ivoire, Nigeria) qui constitue un important complément de ressources pour les ménages. 
Cliquez ici pour lire le profil complet

Maradi

La région de Maradi est située au centre sud du Niger. Elle couvre une superficie de 41 796 km². Elle est limitée par la région de Zinder à l’est, celles de Tahoua à l’ouest et d’Agadez au nord, et partage une frontière d’environ 150 km avec la République Fédérale du Nigeria au sud. La population est estimée à 3 217 094 habitants en 2012. Le taux moyen d’accroissement est de l’ordre de 3,6 %. L’agriculture et l’élevage constituent les principaux leviers de l’économie régionale. Ainsi, sur 2 670 990 ha de superficie agricole exploitable, 30 000 ha sont irrigables. Et même si les principales productions demeurent encore le mil, le sorgho, le niébé et l’arachide, il n’en demeure pas moins que le maraîchage est bien développé et que certaines zones agricoles sont même spécialisées dans les cultures de rente : le souchet à Tchadoua, le sésame à Tessaoua et Mayahi, la canne à sucre et le tabac à Madarounfa, etc. Au demeurant, on pourra même dire de la région de Maradi qu’elle est l’un des bassins agricoles du Niger dans la mesure où elle affirme son leadership dans la production de niébé et d’arachide et s’affirme, par ailleurs, comme la principale zone de production de sorgho du pays. Dans le domaine de l’élevage, la région occupe la quatrième position derrière les grandes aires pastorales que sont Tahoua, Tillabéry et Zinder.
Cliquez ici pour lire le profil complet

Diffa

La région de Diffa est située à l’extrême Est du Niger. Elle couvre une superficie de 156 906 km2, est limitée au nord par la région d’Agadez, celle de Zinder à l’ouest, et partage la même frontière avec la République Fédérale du Nigeria au sud et la république du Tchad à l’Est. L’ensemble de la Région appartient au bassin du Lac Tchad. Il n’y a pas de variations brusques de topographie sauf aux abords du massif d’Agadem La population est estimée en 2012 à 516.000 habitants. C'est l’une des régions les moins peuplées du Niger (3,1 habitants/km²). La population compte 85 % de sédentaires et 15 % de nomades qui ne pratiquent que l’élevage. L’économie régionale est basée essentiellement sur les productions agro-sylvo-pastorales. Dans le domaine de l’agriculture, c’est la monoculture du mil qui demeure l’activité prépondérante des populations. Trois quarts des terres cultivables sont consacrés à cette activité, soit près de 105 000 ha sur les 299 500 ha de terres arables. Et plus est, avec des variétés semencières peu exigeantes en eau. Quant aux cultures irriguées, elles sont réalisées dans les cuvettes de Maïné-Soroa, autour des mares ou dans les zones d’épandage de la Komadougou Yobé qui tient lieu de frontière entre le Niger et le Nigeria sur près de 150 km, ou du Lac Tchad dont la superficie est estimée, côté nigérien, à quelque 3000 km². On y produit du poivron, du riz, du maïs et de l’orge sans compter les cultures de contre-saison. Même si la région de Diffa est la moins agricole du Niger, elle est cependant aujourd’hui, grâce à sa forte production de poivron, une région-phare dans la sous-région ouest-africaine.  .

Cliquez ici pour lire le profil complet

Agadez

La région a une population estimée en 2012 (INS)  à 481 982 personnes représentant 2,8% de la population totale du pays. Cette population est relativement jeune : 49,8% % ont moins de 15 ans et seulement 2,6% ont plus de 65 ans.Elle est limitée au Nord par l’Algérie et la Libye avec lesquels elle partage respectivement 970km et 350km, à l’Est par le Tchad sur 600km, à l’Ouest par le Mali sur  60km et la Région de Tahoua et enfin au Sud par les Régions de Zinder et Maradi. La région dépend presqu’entièrement de la production des régions voisines et des conditions sécuritaires des différents axes qui la relient  aux zones agricoles du pays.