Mécanismes de financements

Plan de Réponse Stratégique (SRP) 

En remplacement du traditionnel CAP (Consolidated Appeal Process), deux outils de planification et de programmation ont été élaborés en 2013 : l’Aperçu des Besoins Humanitaires (HNO) et le Plan de Réponse Stratégique (SRP). Le SRP se base sur le HNO, et présente une stratégie commune de réponse des différents acteurs afin d’alléger la souffrance des populations.
En ce qui concerne le Sahel, les partenaires humanitaires ont lancé un Plan de Réponse Stratégique (SRP) 2014–2016. Ce plan regroupe, pour la première fois, les plans nationaux des neuf pays du Sahel (Burkina Faso, Cameroun, Gambie, Mali, Mauritanie, Niger, Nigeria, Sénégal et le Tchad) et s’étale sur une périodicité de trois ans (2014-2016). Le SRP pour le Sahel vise, entre autres, à s’attaquer aux causes profondes des crises dans le Sahel et à sauver des vies grâce au renforcement des moyens de subsistance et de la résilience des populations. Pour 2014 seulement, deux milliards de dollars sont nécessaires pour répondre aux besoins de plus de 15 millions de personnes dans la région du Sahel.
Outre le Sahel, deux autres plans de réponse ont été lancés en Afrique de l’Ouest et du Centre, notamment ceux de la République Centrafricaine (RCA) et de la République Démocratique du Congo (RDC). Le plan pour la RCA vise à mobiliser 551,5 millions de dollars pour assister 1,9 million de personnes affectées par la crise en 2014, tandis que 832 millions de dollars sont requis pour faire face à la situation humanitaire en RDC.

Procédure d'Appel Consolidé (CAP) en 2013 - Bilan

Parmi les 24 pays couverts par le Bureau régional de OCHA pour l’Afrique de l’Ouest et centrale, sept se sont dotés d’un  en 2013, pour un montant total révisé de 2,67 milliards de dollars : Burkina Faso, République Centrafricaine, République Démocratique du Congo, Mali, Mauritanie et Niger. Dans le monde, 17 CAP et appels d’urgence ont été lancés en 2013, pour un montant total de 8,47 milliards de dollars. Les CAP en Afrique de l’Ouest et centrale représentaient donc 31,5 pour cent du montant total des CAP 2013 dans le monde.
En 2013, le montant total des fonds versés pour les CAP de la région était de 1,455 milliard de dollars, soit 54% des fonds requises, dont la Mauritanie était le Pays le plus financé en termes de couverture des besoins (82%) et la RDC en termes absolues (493,7 millions de dollars).
En dehors du CAP, 20 pays de l’Afrique de l’Ouest et Central ont bénéficié de 910 millions de dollars pour répondre aux besoins humanitaires.

Fonds Central pour les Interventions d’Urgence (CERF)

Le Fonds Central d’Interventions d’Urgence des Nations Unies (CERF) est un mécanisme de de financement humanitaire établi par l’Assemblée générale des Nations Unies en 2006 pour permettre une réponse beaucoup plus rapide et efficace aux besoins vitaux des populations touchées par des catastrophes naturelles et/ou conflits armés. Il est alimenté tous les ans par les contributions des gouvernements et du secteur privé constituant ainsi un fonds commun de réserve en appui à l’action humanitaire. Le CERF a pour objectifs principaux de promouvoir une action et une réponse rapides pour réduire les pertes en vie humaine, d’améliorer la réponse aux besoins urgents et de renforcer la réponse humanitaire pour les urgences sous-financées.
Le Fonds, qui dispose d’un mécanisme de subventions de 450 millions de dollars et d’un mécanisme de prêts d’un montant de 30 millions de dollars, est géré par le Secrétaire Général Adjoint aux Affaires Humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence.
En 2013, le Fonds Central d’Intervention d’Urgence des Nations Unies (CERF) a alloué plus de 104,5 millions de dollars à 13 pays de l’Afrique de l’Ouest et du Centre. Avec 17,8 millions de dollars, le Mali est le plus grand bénéficiaire du CERF dans la région, suivi de la République Centrafricaine (RCA) qui a reçu 15,8 millions de dollars, du Niger (14,3 millions de dollars) et du Tchad (13 millions de dollars). Une enveloppe totale de 67,2 millions de dollars a été allouée à sept pays du Sahel pour réduire les taux de malnutrition et d’insécurité alimentaire, pour fournir une assistance vitale aux plus vulnérables, y compris, les réfugiés, les personnes déplacées internes et les communautés hôtes, et pour renforcer la résilience des communautés aux futurs chocs.
Depuis sa création en 2006, le CERF a alloué un total de 835 millions de dollars pour répondre de façon rapide et effective aux diverses crises dans 21 pays de l’Afrique de l’Ouest et du Centre. La RDC est le plus grand bénéficiaire de la région avec 238,8 millions de dollars suivi du Niger avec 119 millions de dollars. 2012 a reçu le plus grand montant avec 164,5 millions de dollars dont 52,5% ont été utilisés pour répondre à la crise alimentaire et nutritionnelle qui avait affecté 18,7 millions de personnes.