Haïti: Un représentant de l’ONU salue les progrès

19 December, 2013
Nov. 2013, Haïti: Des travailleurs humanitaires de l’Organisation mondiale pour les migrations (OIM) animent une session sur la santé et l’hygiène à Haïti. Malgré une forte diminution du nombre total de décès liés au choléra, Haïti compte la moitié des cas présumés de choléra au monde. Crédit : OCHA/Nancy Palus
Nov. 2013, Haïti: Des travailleurs humanitaires de l’Organisation mondiale pour les migrations (OIM) animent une session sur la santé et l’hygiène à Haïti. Malgré une forte diminution du nombre total de décès liés au choléra, Haïti compte la moitié des cas présumés de choléra au monde. Crédit : OCHA/Nancy Palus

Le Coordonnateur résident  et Coordonnateur de l’action humanitaire en Haïti, Peter de Clercq, a souligné les « progrès remarquables » qui ont été accomplis par le gouvernement haïtien, la société civile  haïtienne et la communauté internationale dans la réponse à la vulnérabilité dans le pays caribéen.

« Nous devons reconnaître les progrès remarquables accomplis depuis le tremblement de terre, » a dit M. de Clercq lors d’une conférence de presse à Genève le 17 décembre. « Il y a une fin en vue à la souffrance, aux pertes et à la destruction; aux déplacements massifs qui ont suivi le tremblement de terre et à l’épidémie de choléra ».

Le tremblement de terre de 2010 a laissé plus de 10 pourcent des Haïtiens dans des camps éparpillés à travers la capitale, Port-au-Prince. Aujourd’hui, 89 pourcent de ceux qui avaient été déplacés ont quitté ces accommodations.

L’incidence du choléra a été réduite de 50 pourcent depuis que l’épidémie s’est déclarée, fin 2010, et la situation d’insécurité alimentaire sévère qui touchait 1.5 million de personnes début 2013 a également diminué et ne touchait plus que 600 000 personnes en octobre 2013.

Ces fait indiquent de clairs progrès, a dit M. de Clercq, et démontrent les capacités grandissantes des autorités haïtiennes à coordonner et gérer la préparation et la réponse aux urgences.

Besoins critiques et vulnérabilités aigües persistent

Cependant, M.  de Clercq a rappelé que des besoins importants persistent et il a appelé les donateurs à continuer leur soutien.

« Nous devons rester en alerte, » a-t-il dit. « Nous sommes conscients que la situation financière globale est difficile et que d’autres crises majeures sont en cours dans le monde. Malgré cela, nous ne pouvons pas nous permettre d’ignorer la situation humanitaire en Haïti ».

Haïti est l’un des pays les plus vulnérables au monde en termes de catastrophe naturelles et de changement climatique, et on estime que 817 000 Haïtiens ont encore besoin d’aide humanitaire. Beaucoup d’entre eux souffrent des conséquences de l’insécurité alimentaire sévère ou de malnutrition, voient leurs conditions de vie se détériorer dans les 300 camps de déplacés restant (où ils risquent également d’être évacués de force), ou sont atteints par le choléra.

Malgré une diminution importante du nombre de décès liés au choléra, plus de la moitié des cas présumés au monde se trouve en Haïti.

Le Plan d’action humanitaire 2014

Le Plan d’action humanitaire 2014, qui a été lancé le 16 décembre dans le cadre de la réponse humanitaire globale requiert 169 millions de dollars américains pour soutenir 400 000 personnes.

Il comprend un soutien aux 145 000 personnes vivant encore dans des camps.
“Si les ressources sont disponibles, la question du déplacement pourrait se régler en 2014,” a dit M. de Clercq. «Il en est de même avec l’épidémie de choléra […] Les solutions sont là. Si nous ne poursuivons pas nos efforts pour combattre la maladie, elle va continuer de ravager le pays. »

La communauté humanitaire reste déterminée à continuer à travailler avec les autorités haïtiennes et les organisations nationales de la société civile pour améliorer les conditions de vie des plus vulnérables, a dit M. de Clercq.

« Nous appelons les donateurs et les partenaires humanitaires à continuer leur soutien à Haïti et à sa population ».

Lire le titre en Anglais >>

Keyword search